Un caméléon miniature qui pourrait être le « plus petit reptile de la terre » découvert à Madagascar

0

Des scientifiques continuent de faire parler d’eux. Ces derniers ont affirmé qu’une sous-espèce de caméléons récemment découverte à Madagascar est en lice pour le titre de plus petit reptile du monde. De la taille « d’une graine », selon la BBC qui donne l’information, ils tiennent sur le bout d’un doigt.

Ainsi, les scientifiques pensent avoir découvert le plus petit reptile sur terre notamment une sous-espèce de caméléon de la taille d’une graine. Deux des minuscules lézards ont été découverts par une équipe d’expédition germano-madagascarienne dans la capitale malgache. Le mâle Brookesia nana, ou nano-caméléon, a un corps de 13,5 mm seulement. Il atteint 22 mm si on le mesure de la tête au bout de la queue.

Cela en fait le plus petit des quelques 11 500 espèces de reptiles connues, selon la collection de zoologie de l’État de Bavière à Munich.

Quant à la femelle, elle est beaucoup plus grande, avec environ 29 mm, a indiqué l’institut, ajoutant que d’autres spécimens n’ont pas encore été localisés, malgré « de grands efforts ».

Le nouveau caméléon n’est connu que d’une forêt tropicale humide de montagne dégradée dans le nord de Madagascar et pourrait être menacé d’extinction », a alerté le journal Scientific Reports.

Suffisant pour les scientifiques de recommander, dans leur rapport, que le caméléon soit inscrit sur la liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme étant en danger critique d’extinction, afin de contribuer à sa protection et à celle de son habitat.

D’après les chercheurs, ces caméléons chassent les acariens, sur le sol de la forêt tropicale, et se cachent la nuit dans des brins d’herbe, pour être à l’abri de la vue des prédateurs.

« L’habitat du nano-caméléon a malheureusement fait l’objet d’une déforestation, mais la zone a été placée sous protection récemment, de sorte que l’espèce va survivre », a rassurer Oliver Hawlitschek, un scientifique du Centre d’histoire naturelle de Hambourg.

Dans un article de blog, le Dr Mark Scherz, l’un des chercheurs ayant participé à la découverte, a qualifié ce cas de « spectaculaire cas de miniaturisation extrême ». Les forêts où se trouvait la Brookesia sont toujours bien reliées à d’autres forêts du nord de l’île, a-t-il précisé.

Moctar FICOU / VivAfrik   

Laisser un commentaire