Crise alimentaire : Macky Sall plaide pour l’exportation des céréales et des engrais en Russie

0

Macky Sall va-t-il réussir là où les occidentaux ont échoué ? Tout porte à le croire. En effet, le chef d’État sénégalais et président en exercice de l’Union Africaine s’est dit « très rassuré et très heureux » de son échange avec Vladimir Poutine à Sotchi en Russie. Le président russe a évoqué « plusieurs moyens de faciliter l’exportation » des tonnes de céréales et d’engrais destinés au continent bloqués en Ukraine depuis le début de l’offensive russe.

« Nous sortons d’ici très rassurés et très heureux de nos échanges », a-t-il informé. A l’issue de sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine à Sotchi (sud de la Russie), cette déclaration du président en exercice de l’Union africaine (UA) et chef de l’Etat sénégalais Macky Sall, qui était accompagné du président de la Commission de l’UA, le Tchadien Moussa Faki Mahamat, semble plutôt optimiste quant aux craintes initiales de crise alimentaire du fait de l’offensive russe en Ukraine.

Macky Sall a dit aux journalistes qu’il a trouvé le président russe « engagé et conscient que la crise et les sanctions créent de sérieux problèmes aux économies faibles, comme les économies africaines ».

Les échanges entre Vladimir Poutine et Macky Sall et sa délégation ont duré trois heures, a précisé le dirigeant sénégalais, évoquant « un échange complet sur la situation ».

« Je lui ai indiqué que nous étions venus d’abord pour lui demander une désescalade et de travailler pour la paix », a précisé Macky Sall.

« Je suis venu vous voir, pour demander de prendre conscience que nos pays, même s’ils sont éloignés du théâtre, sont des victimes de cette crise, au plan économique », a-t-il déclaré  au début de leur rencontre.

L’Afrique n’est pas épargnée par la guerre en Ukraine, bien au contraire elle en souffre. Tel est le message délivré par président du Sénégal à son hôte russe.

L’opération spéciale russe en Ukraine – deux pays qui assurent à eux deux 30% des exportations mondiales de blé – a conduit à une flambée des cours des céréales et des huiles, dont les prix ont dépassé ceux des Printemps arabes de 2011 et des émeutes de la faim de 2008.

L’ONU craint « un ouragan de famines », essentiellement dans des pays africains qui importaient plus de la moitié de leur blé d’Ukraine ou de Russie.

« Les sanctions contre la Russie ont entrainé plus de gravité, nous n’avons plus accès aux céréales venant de Russie, mais surtout aux engrais », a confié le chef de l’Etat sénégalais et président en exercice de l’Union Africaine

Les pays africains sont « des victimes » du conflit en Ukraine

Au début de la rencontre, Macky Sall a demandé à Vladimir Poutine de « prendre conscience » que les pays africains sont « des victimes » du conflit en Ukraine.

Cela car Macky Sall a appelé « tous les partenaires à lever les sanctions » contre la Russie sur ces produits, rapporte notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac :

« Les sanctions contre la Russie ont entraîné plus de gravité, puisque nous n’avons plus accès aux céréales venant de Russie, au blé en particulier, mais surtout aux engrais. Et cela crée de sérieuses menaces sur la sécurité alimentaire du continent. »

Le Sénégal, à la tête de l’Union Africaine, défend depuis le début du conflit une position de non alignement, ce qu’a rappelé Macky Sall face à Vladimir Poutine :

« Vous avez suivi les différents votes aux Nations unies. Malgré d’énormes pressions, la majorité des pays africains ont évité de condamner la Russie. »

Dans sa volonté affichée de « neutralité », Macky Sall avait précédemment annoncé une étape à Kiev. Mais pour l’heure, l’Union Africaine n’évoque qu’un « message par visioconférence » du président ukrainien Volodymyr Zelensky devant ses pairs du continent, sans précision sur le calendrier.

Pour Vladimir Poutine, exporter des céréales d’Ukraine n’est « pas un problème »

M. Sall a souligné que les Etats africains pâtissaient des conséquences de l’offensive russe contre l’Ukraine alors que « la majorité des pays africains a évité de condamner la Russie » lors de deux votes de l’ONU, et qu’avec « l’Asie, le Moyen-Orient ainsi que l’Amérique latine, une bonne partie de l’humanité » a préféré se tenir à l’écart du conflit.

Macky Sall a relevé que les tensions alimentaires provoquées par le conflit ont été aggravées par les sanctions occidentales qui affectent la chaîne logistique, commerciale et financière de la Russie.

Alors que la guerre fait craindre une crise alimentaire mondiale, « il n’y a pas de problème pour exporter les céréales d’Ukraine », a déclaré le président russe, dans une interview télévisée, peu après sa rencontre avec le président de l’Union africaine Macky Sall, dont c’est une préoccupation. Vladimir Poutine a détaillé plusieurs pistes, affirmant que les Occidentaux faisaient du « bluff », lorsqu’ils assurent que Moscou empêche les exportations de céréales d’Ukraine.

Il a mentionné la possibilité de passer par Marioupol et Berdiansk, deux ports conquis par la Russie en mer d’Azov, qui donne accès à la mer Noire, mais aussi les ports de la mer Noire restés sous contrôle ukrainien, notamment Odessa. Il exige que les eaux de ces ports soient déminées par Kiev, promettant en échange que la Russie permettra un passage sécurisé des navires.

M. Poutine a également mentionné la voie fluviale, via le Danube, à travers la Roumanie, la Hongrie et la Pologne. « Mais le plus simple, le plus facile, le moins cher, a-t-il dit, ce serait des exportations via le territoire du Bélarus, de là on peut aller vers les ports de la Baltique, puis vers la mer Baltique et ensuite n’importe quel endroit dans le monde. » À condition toutefois, a-t-il précisé, que les sanctions occidentales contre Minsk, allié de Moscou, soient levées.

Moctar FICOU / VivAfrik