L’insécurité alimentaire a atteint des niveaux « catastrophiques » au Nigéria, se désole PAM

0

Alors que le nord-est du Nigéria continue d’être confronté à une insurrection djihadiste et une grave crise humanitaire, 4,1 millions de personnes risquent de subir une grave insécurité alimentaire en cette période de soudure, avaient alerté, le 21 juin 2022, un haut responsable humanitaire de l’Organisation des Nations unies (ONU), relevant qu’une aide urgente est nécessaire pour éviter une « grave crise alimentaire et nutritionnelle ».

Mais les efforts conjoints du gouvernement nigérian et de la communauté humanitaire, dont le Programme alimentaire mondial (PAM), ont réussi à stabiliser la situation de sécurité alimentaire extrêmement grave. Ainsi, les Nations Unies (ONU) ont publié un rapport indiquant que l’insécurité alimentaire dans certaines parties du Nigéria a atteint des niveaux « catastrophiques ».

Menée principalement par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial, le rapport a révélé que le Nigeria, l’Éthiopie, le Soudan du Sud et le Yémen restent en « alerte maximale » en tant que pays connaissant des conditions catastrophiques.

19,5 millions de Nigérians sont « confrontés à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë », dont 1,2 million en situation d’urgence, si les interventions humanitaires ne sont pas intensifiées et soutenues, a-t-on appris du rapport repris par lenouveaumanager.info. La situation reste préoccupante, car plus de 1,7 million d’enfants de moins de cinq ans devraient souffrir de malnutrition aiguë jusqu’en août 2022, soit une augmentation de 34 % par rapport à la même période en 2021.

Reflétant le nombre élevé d’insécurité alimentaire, le rapport note que la situation reste extrêmement préoccupante dans les zones touchées par le conflit du nord du Nigeria, où l’insécurité et les problèmes d’accès risquent de persister.

Selon lenouveaumanager.info, un point culminant du rapport a montré que les prix élevés du carburant et des intrants, associés à la forte probabilité de faibles précipitations dans les régions de la ceinture méridionale et moyenne du Nigéria, pèsent sur les perspectives de production de la campagne agricole principale de 2022 en cours, suscitant des inquiétudes quant à l’accès à nourriture pour les ménages vulnérables.

Moctar FICOU / VivAfrik