Le Burkina Faso inaugure deux centrales solaires photovoltaïques à Kôdéni et à Pâ

0

Un champ de panneaux solaires à perte de vue. Le gouvernement burkinabè a inauguré, le 16 décembre 2023, deux centrales solaires photovoltaïques à Kôdéni, dans la région de Bobo-Dioulasso au sud du pays et à Pâ, dans le Nord-Ouest, a annoncé la Primature dans une publication sur Facebook. Elles devraient fournir au pays 68 MW supplémentaires d’électricité par an.

En effet, pour satisfaire les besoins énergétiques de la population, les autorités burkinabè ont signé en octobre 2023 un mémorandum avec le groupe russe Rosatom pour la construction d’une centrale nucléaire. Ces deux infrastructures augmenteront la capacité solaire installée de 31,37 %.

Les deux centrales solaires sont situées à Kôdéni, dans la ville de Bobo-Dioulasso, région des Hauts-Bassins, et à Pâ, dans la région de la Boucle du Mouhoun. Elles ont respectivement une capacité de 38 MWc et de 30 MWc. Elles injecteront au total 127,15 GWh par an dans le réseau national interconnecté du Burkina.

La construction de ces centrales solaires marque ainsi la ferme résolution du gouvernement à résorber le déficit structurel de production d’énergie électrique et à réduire la dépendance énergétique du pays par la production d’une énergie propre et moins coûteuse.

Le Burkina Faso, ne disposant pas de grandes ressources en eau ni d’énergie fossile, a pris la ferme résolution de mettre tout en œuvre pour exploiter l’une de ses principales ressources naturelles, à savoir le soleil.

Ainsi, le gouvernement veut s’appuyer sur cet immense potentiel pour satisfaire le besoin énergétique du pays et, mieux encore, tirer profit des avantages comparatifs qu’offre le solaire photovoltaïque par rapport aux énergies fossiles, notamment l’énergie thermique.

C’est donc dans cette perspective de valoriser ce potentiel solaire que le gouvernement a procédé à la signature de contrats de partenariat public-privé avec des producteurs indépendants d’électricité d’une puissance cumulée de 150 mégawatts. L’inauguration des deux centrales est le fruit de ce tandem gouvernement-secteur privé, résolument engagé sur le chemin de la quête de l’indépendance énergétique du Burkina Faso.

La mise en service de ces deux installations renforce l’offre d’électricité au pays des hommes intègres, surtout que le niveau actuel de la capacité énergétique du pays reste l’un des plus faibles en Afrique.

Selon les données de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), la capacité totale installée de production d’électricité du pays était de 437 MW en 2020, avec 339 MW provenant des hydrocarbures. En 2021, seuls 19 % de la population avaient accès à l’électricité.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire