Conférence d’Addis-Abeba : Un appel aux investissements privés dans le développement bas carbone des pays du Sud et d’une RSE encadrée par la loi (Dominique Potier)

0

Le document d’Addis-Abeba souligne également l’importance des investissements privés dans le développement bas carbone des pays du Sud. Mais cette contribution des entreprises et des investisseurs ne peut se faire que « dans le respect d’une justice fiscale et d’une responsabilité sociale et environnementale (RSE) encadrée par la loi » estime le député socialiste de Meurthe-et-Moselle, Dominique Potier, membre, avec quatre autres députés, de la délégation française conduite par Annick Girardin, secrétaire d’État en charge du Développement.

En matière d’équité fiscale, les pays riches ne sont pas encore prêts à jouer la carte du multilatéralisme. Ils ont refusé d’accéder à une requête portée par les pays en développement du G77 (les pays en développement) demandant plus de transparence fiscale et une meilleure lutte contre l’évasion fiscale des multinationales.

Le G77 souhaitait la création d’un organisme intergouvernemental placé sous l’égide de l’ONU qui s’occuperait de la fiscalité au niveau mondial. Pas besoin d’un nouvel organe, ont répondu les pays riches, puisque l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) s’occupe déjà de cette question.

Avec novethic.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here