Congo : vulgarisation de la gestion commune des ressources des lacs Edouard et Albert

0

Le processus de vulgarisation de l’accord RDC-Ouganda pour la gestion durable des ressources halieutiques des lacs frontaliers Edouard et Albert a été lancé lundi 4 mars 2019 à Goma, une ville de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) lors d’un atelier de vulgarisation dudit accord organisé par le Projet multinational de gestion intégrée des Pêches aux deux Lacs (LEAF 2).

Pour les responsables de cette organisation, cet accord conclu, il y a 5 mois à Munyonyo en Ouganda propose des pistes des solutions aux conflits opposant les deux pays dans la gestion de ces deux lacs. Cet accord bilatéral signé le 20 octobre 2018 par le ministre congolais de la Pêche et de l’Elevage, Paluku Kisaka, et le vice-ministre ougandais de l’agriculture, Kibanzanga Christopher, devrait préalablement être approuvé par les gouvernements des deux pays avant son entrée effective en vigueur.

« La vulgarisation de cet accord va permettre une gestion harmonisée des ressources halieutiques de ces deux lacs et renforcera les liens de coopération entre la RDC et l’Ouganda », a dit Joseph Matungulu, coordonnateur national du projet multinational de gestion intégrée des pêcheries et des ressources en eau des lacs Edouard et Albert (LEAF II).

A rappeler que deux bateaux pour la surveillance des lacs frontaliers ont déjà été acquis et seront bientôt opérationnels sur ces deux lacs. L’accord facilitera le règlement des éventuels conflits qui pourraient surgir entre pêcheurs congolais et Ougandais.

Les deux pays ont approuvé cet accord depuis le mois de février. Ce qui ouvre la voie à sa mise en œuvre, rapporte le coordonnateur pays du projet LEAF 2/RDC.

« Deux bateaux de surveillance ont été acquis depuis le mois de février. Un est déjà à Kyangiro au lac Edouard et l’autre au lac Albert et est basé à Kasenyi. Ces bateaux vont servir aux patrouilles conjointes entre les ougandais et les Congolais, et ça va nous éviter des conflits entre les deux pays sur les deux lacs. La deuxième chose, il y a la mise en place d’une seule autorité de règlementation de pêche qui sera bientôt installée, et cette autorité va être gérée par les représentants des deux pays pour les deux lacs », a indiqué Joseph Matunguru.

Olivier Kamuzinzi, ministre en charge de l’environnement au gouvernement provincial du Nord-Kivu,a dit sa satisfaction de voir que la démarche lancée en 2016 a finalement abouti à la signature de l’accord qui garantit la protection des diverses ressources du Parc National des Virunga. « La jouissance par la population des richesses de ces eaux vont améliorer les conditions de vie des riverains. L’objectif global reste celui d’assurer la conservation, la gestion et l’utilisation durable des ressources halieutiques et autres ressources naturelles des deux lacs et leurs bassins de façon partagée », a-t-il renchéri.

Depuis quelques années un conflit sanglant oppose la RDC et l’Ouganda autour de la gestion des ressources des deux lacs frontaliers, Edouard et Albert. En 2018 pour le lac Edouard, par exemple, au moins 20 pêcheurs congolais avaient été tués par des présumés marins ougandais et au moins 5 ougandais tués par la marine congolaise, alors qu’environ 100 pêcheurs congolais ont été arrêtés et condamnés en Ouganda. Cette campagne de vulgarisation de cet accord bilatéral se fera concomitamment en RDC et en Ouganda pour son appropriation par toutes les parties prenantes, ont précisé les délégués du gouvernement congolais à l’ouverture de cette réunion de Goma.

Moctar FICOU / VivAfrik                     

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here