« 6 millions de personnes risquent la famine » en Afghanistan, alerte les Nations unies  

0

Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU) a prévenu que « 6 millions de personnes risquent la famine », en Afghanistan en raison des nombreuses crises humanitaires, économiques, climatiques, alimentaires et financières qui s’abattent sur le pays.

C’est ce qui ressort d’un briefing, par vidéoconférence, de Martin Griffiths, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordinateur des secours d’urgence, lundi 29 août 2022, devant le Conseil de sécurité.

Si l’on se fie à un texte traduit de l’arabe par Mounir Bennour et diffusé par aa.com.tr, le briefing onusien s’est concentré sur la situation de la population en Afghanistan, Griffiths a, en effet, déclaré que « le peuple afghan est confronté à de graves difficultés et à une situation d’incertitude ».

Les statistiques de l’ONU montrent qu’« environ 25 millions d’Afghans vivent aujourd’hui dans la pauvreté, les trois-quarts de leurs revenus sont désormais consacrés à l’alimentation ».

Selon Griffiths, « environ 19 millions de personnes sont confrontées à des niveaux aigus d’insécurité alimentaire, parmi lesquelles 6 millions risquent la famine ».

Le responsable onusien a souligné dans la même source que « 3 millions d’enfants souffrent de malnutrition aiguë, parmi lesquels plus d’un million d’enfants souffrent, selon les estimations, des formes de malnutrition les plus mortelles ».

« Sans traitement spécialisé, ces enfants pourraient mourir », a alerté Griffiths dans le texte.

« Plus de la moitié de la population – environ 24 millions de personnes – ont besoin d’aides humanitaires », a souligné le secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires.

« Cette crise de la malnutrition est alimentée par une sécheresse récurrente, dont la pire en trois décennies en 2021, et dont les effets perdurent », a expliqué le responsable onusien.

Selon les statistiques de l’ONU, « 8 Afghans sur 10 boivent de l’eau contaminée, ce qui les rend vulnérables à des épisodes récurrents de diarrhée aqueuse aiguë », lit-on à aa.com.tr.

Indiquant que « le chômage pourrait atteindre 40 % et l’inflation augmente en raison de la hausse des cours mondiaux, des restrictions à l’importation et de la dépréciation de la monnaie afghane ».

Selon notre source, la crise afghane s’aggrave avec la rétention des fonds dans des banques internationales et la non-reconnaissance du gouvernement taliban.

À la mi-août 2021, les Taliban ont repris le pouvoir en Afghanistan, après le retrait des forces internationales du pays.

Depuis cette date, l’Afghanistan mène des négociations au niveau international, avec les États-Unis et l’Union européenne notamment, pour obtenir une reconnaissance officielle et sortir de la crise en libérant ses fonds.

Moctar FICOU / VivAfrik                 

Laisser un commentaire