Energies Renouvelables : Dhamir Mannai invite la Tunisie à exploiter son potentiel solaire et éolien

0

« Il est temps d’aller de l’avant sur la voie de promotion des énergies renouvelables, surtout que la Tunisie est bien dotée de potentiels solaire et éolien intéressants » a indiqué, samedi, à l’agence tap, publié par directinfo et lu par vivafrik.com, le directeur régional pour le Moyen Orient et l’Afrique du Nord du parlement du climat, Dhamir Mannai.
Il a ajouté, lors d’un workshop organisé, à Tunis, par le secrétariat du partenariat tuniso-allemand de l’énergie pour les membres de l’Assemblée des représentants du peuple(Arp), que la principale entrave à la promotion des énergies renouvelables en Tunisie demeure le cadre règlementaire « peu encourageant », pour les investisseurs désireux de se lancer dans des projets Er.
Selon lui, les parlementaires tunisiens sont appelés, aujourd’hui, à assurer leurs rôles dans le contrôle et l’incitation du gouvernement à développer des programmes sérieux capables de réaliser l’objectif national fixé pour 2030, soit de porter la part des Er au mix énergétique à 30%.
De son côté, la coordinatrice du groupe « Parlement du climat » à l’Arp, Leila Ouled Ali a évoqué « le manque de volonté politique » comme un autre obstacle à l’avancée rapide sur la voie de développement des énergies renouvelable en Tunisie. « Les députés doivent agir à cet effet pour promouvoir ce créneau porteur qui pourrait aider à créer une dynamique économique importante à travers la création d’entreprises et d’emplois verts », a-t-elle dit.
Evoquant la loi relative à la production de l’électricité à partir des énergies renouvelables adoptée par l’Arp le 15 avril 2015, Zakaria Hamad, ministre de l’industrie, de l’énergie et des mines estime qu’elle ne manquera pas de renforcer la transparence au niveau des contrats entre l’Etat et le secteur privé.
Cette loi a-t-elle rappelé organise, à travers ses dispositions, la réalisation des projets de production d’électricité à partir des énergies renouvelables pour l’autoconsommation, la satisfaction des besoins locaux en électricité ou pour l’exportation.
Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire