L’Afrique  s’engage dans le renouvelable et la reforestation,… El Niño assèche tout !

0

Accra va bientôt accueillir la conférence « Forests for the Future – New Forests for Africa »

La reforestation fait aujourd’hui partie d’enjeux internationaux clés, notamment en matière de lutte contre les changements climatiques. Il ne s’agit pas simplement de planter des arbres car la reforestation touche un ensemble de questions. Selon Médiaterre la conférence portera non seulement sur les meilleurs pratiques en matière de reforestation, mais également sur le financement, qui est l’un des problèmes majeurs dans la mise en œuvre de la reforestation. Elle se déroulera du 16 au 18 mars 2016 au Ghana.

Le Togo tend vers la  modernisation de son agriculture

Pour utiliser le moindre ressources  hydriques et de l’engrais afin de s’adapter à sa faible pluviométrie, le Togo est tenu de changer de méthode.  il s’agit de poursuivre sur une lancée qui a octroyé au pays  des engins de labour et des semences améliorées à quelque 700 000 agriculteurs l’an dernier. Essentiellement agricole, le Togo a fait l’option d’une modernisation progressive de son agriculture en progressant par étape nous apprend Vivafrik.

A cause du Nil l’Egypte se retire d’un projet panafricain

L’Egypte vient de se retirer du Pool énergétique est-africain (EAPP). La principale raison de ce départ est son inquiétude à propos du désir des autres pays traversés par le Nil, l’Ethiopie et le Soudan notamment, d’installer des infrastructures hydroélectriques sur ce dernier. Les dix pays traversés par le fleuve ont récemment adopté au sein de l’EAPP, un plan général de projets hydroélectriques visant à accroitre la fourniture énergétique dans la région.

 L’Egypte craint en effet que l’établissement de barrages hydroélectriques sur le Nil ne restreigne la quantité d’eau à laquelle elle a accès et qui constitue sa seule ressource hydraulique.  A en croire Agence ecofin, cette inquiétude a déjà créé des tensions avec l’Ethiopie qui construit actuellement un barrage hydroélectrique de 6 000 MW sur le fleuve. Des études commanditées par une commission tripartite formée avec le Soudan devraient indiquer si cette inquiétude est fondée, mais en attendant,  l’infrastructure est déjà achevée à 50%.

Le Kenya double son exportation grâce à la géothermie

Son exportation d’électricité a effectivement doublé  vers la Tanzanie et l’Ouganda. Selon les statistiques officielles, il a cédé 46,6 millions de kilowattheures aux deux pays en 2015 contre 26,9 millions de kilowattheures en 2014. Cette performance a été rendue possible grâce à l’entrée en service de nouvelles centrales géothermiques qui ont, entre autres, ajouté 280 MW d’énergie au réseau national pendant le second semestre 2014. Le Kenya a également mis en place une ligne de transmission le reliant à l’Ouganda qui dépend de lui à 93%  pour la satisfaction de ses besoins énergétiques. Cette augmentation de la capacité géothermique a déjà permis au Kenya de diminuer de moitié ses importations d’électricité en 2015 informe Agence ecofin.

La famine guette la Somalie  à cause d’El Niño

Selon l’ONU, la sécheresse dont souffrent les pays de la corne de l’Afrique a placé près de 40 % de la population somalienne, soit plus de 4 millions de personnes en situation d’urgence humanitaire rapporte Vivafrik.

La crise a été aggravée par le phénomène climatique El Nino et  l’insécurité alimentaire et la malnutrition touchent en grande partie des personnes déplacées par des années de conflit armé. Dans ce contexte, l’ONU estime que près de 60 000 d’enfants pourraient mourir de faim s’ils ne reçoivent pas une aide d’urgence estimée à plus de 800 millions de dollars. L’Ethiopie voisine, dans un état semblable, souffre de sa pire sécheresse en 30 ans. Le cycle El Niño a provoqué la rareté des pluies dans certaines régions d’Afrique, entraînant des inondations dans d’autres.

Ndéye Fatou NDIAYE / VivAfrik

Laisser un commentaire