ATDA 2020 : Comment et pourquoi investir dans l’innovation africaine ?

0

Les Assises de la transformation digitale en Afrique auront lieu les 25 et 26 novembre 2020. Elles seront organisées cette année dans un format hybride, à la Bibliothèque nationale de France à Paris et en webconférence, autour du thème de l’innovation en Afrique. Dans l’imaginaire collectif, l’image de l’Afrique n’est jamais associée à l’innovation ou la technologie. Pour changer ce regard porté sur le continent, il est nécessaire de créer des mécanismes et des incitations pour encourager et promouvoir l’innovation « made in Africa ». C’est l’un des objectifs que se sont fixés les Assises de la Transformation Digitale en Afrique. La 9ème édition de cet événement annuel, organisé par CIO Mag, s’appuie sur les Objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU, un programme universel ayant pour ambition de construire un monde plus juste et plus durable pour tous. Au total, ce sont 17 objectifs et 169 cibles à atteindre à l’horizon 2030 pour stimuler un développement inclusif, durable et juste. L’innovation pourrait être un accélérateur pour l’atteinte de ces ODD. Ainsi, l’objectif de cette 9ème édition des ATDA est de pousser à la réflexion autour des solutions innovantes, qui contribueront à l’amélioration des moyens de subsistance et à l’accélération du développement à travers le monde. Ce forum n’a pas la prétention d’adresser l’ensemble des ODD, mais il s’agit d’en cibler quelques-uns qui apparaissent prioritaires dans divers secteurs économiques, comme la santé, l’éducation, le changement climatique ou encore les infrastructures. L’idée est d’insister sur une approche systémique et méthodologique en vue d’aider à mieux structurer, manager, organiser, financer voire industrialiser cet écosystème encore balbutiant.  La crise de la Covid-19 a démontré que l’innovation, aussi bien technique que dans les usages, est un atout pour venir à bout de la pandémie. C’est aussi une priorité pour promouvoir une Afrique résiliente et forte. Cependant, le manque de structures de finances et l’inorganisation du secteur posent un problème de visibilité. ll s’agira aussi de comprendre comment s’appuyer sur l’innovation pour assurer la continuité et l’agilité des entreprises et des administrations africaines dans un contexte post-crise. C’est d’autant plus pertinent que, dans leur Agenda 2063, les Chefs d’Etats africains ont mis l’accent sur les Sciences, la Technologie et l’Innovation, comme principaux leviers pour renforcer les capacités des pays africains, en vue d’atteindre les objectifs de transformation économique et de développement. Au cours des panels, plusieurs débats s’attacheront à trouver des clés pour répondre à diverses problématiques autour de cette question : « Comment et pourquoi faire de l’innovation le vecteur principal de la compétitivité des entreprises, de la croissance forte et durable et de la réduction de la pauvreté ? ». En parallèle, les ATDA s’associent avec leur partenaire BearingPoint, qui présentera la 11e édition de l’Observatoire du Développement International, le jeudi 26 novembre à la BNF à partir de 16 heures. Une occasion pour plusieurs responsables des directions internationales d’apporter leurs témoignages sur les enjeux et perspectives de l’organisation des entreprises françaises en Afrique. Cette 9ème édition des ATDA sera organisée suivant un format hybride (en physique à Paris et virtuel), et rassemblera de nombreux acteurs et personnalités de l’écosystème digital en Afrique et en Europe, note cio-mag.com.

Union africaine (UA) Démocratie et gouvernance en Afrique – Youth Innovation Challenge 2020

L’Union africaine (UA), par le biais du Secrétariat de l’architecture de gouvernance africaine (AGA), dans le cadre d’un projet conjoint avec le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) a lancé le «Démocratie et gouvernance en Afrique – Défi de l’innovation des jeunes». Les jeunes innovateurs, pôles d’innovation et centres d’incubation à travers le continent, sont invités à participer au défi de l’innovation. Le défi appelle les innovations existantes qui ont un impact sur la prévention structurelle des conflits en s’attaquant aux problèmes de déficit démocratique, de manque de bonne gouvernance et contribuent à la promotion et à la protection des droits de l’homme. En reconnaissance de la valeur que les jeunes apportent au processus de développement et de démocratisation de l’Afrique – l’Union africaine a fait de l’engagement des jeunes une de ses priorités en identifiant les jeunes comme partenaires, dirigeants et bénéficiaires. Cette initiative vise à identifier et à reconnaître les axé sur les jeunes ou dirigé par les jeunes innovations pour mettre au premier plan la contribution des jeunes à la paix. Jeunes innovateurs à travers le continent qui font un travail louable – l’architecture de gouvernance africaine (AGA) Le Secrétariat, dans le cadre d’un projet conjoint avec le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), s’efforce d’identifier, de renforcer et de reconnaître les innovations des jeunes, les pôles d’innovation et les centres d’incubation à travers le continent qui travaillent sur des innovations pour la prévention structurelle des conflits en s’attaquant aux problèmes de démocratie déficit, manque de bonne gouvernance bonne et travailler à promouvoir de bonnes pratiques en matière de droits de l’homme, renseigne opportunite.africa.

Une innovation sud-africaine pourrait faciliter la vie des personnes en fauteuil roulant

Portia Mavhungu a développé le Para-Tube, un siège qui permet aux personnes en fauteuil roulant d’utiliser des toilettes sans assistance. Le dispositif assemblé au niveau local, sera officiellement lancé début 2021. Portia Mavhungu est la conceptrice du Para-Tube, un siège qui permet aux personnes en fauteuil roulant d’utiliser des toilettes sans assistance. Il est équipé de toilettes intégrées comportant des sacs jetables et biodégradables. Le dispositif permet aux handicapés d’être plus indépendants et de conserver leur dignité. À travers son entreprise, PRD Logical Solutions (PTY), elle a pour objectif de créer des solutions permettant de faciliter la vie des personnes à mobilité réduite. Portia elle-même a été victime d’un accident majeur survenu en 2011, qui l’a laissée avec une fracture du bassin. Contrainte de passer une partie de sa convalescence dans un fauteuil roulant, elle a fait l’amère expérience de la perte d’indépendance. Lorsqu’elle s’est rétablie, elle a décidé d’aider ceux qui sont en situation de handicap permanent. Le Para-Tube est fabriqué à partir de composants déjà prêts à l’emploi, mais assemblés au niveau local, afin de réduire les coûts pour les utilisateurs. Des brevets ont déjà été déposés en Afrique du Sud, en Chine et aux États-Unis. Si Portia Mavhungu s’est heurtée aux réticences de ses proches sur l’efficacité du Para-Tube, sa détermination lui a permis de décrocher plusieurs financements, dont celui de l’institution financière sud-africaine Industrial Development Corporation en 2019, pour développer son invention. Une phase de tests sera ainsi lancée en octobre et en novembre de cette année, a renseigné la fondatrice sur VentureBurn. Les tests seront effectués dans des maisons de retraite, où l’intérêt pour le Para-Tube est grandissant. D’ici début 2021, Portia Mavhungu prévoit de commercialiser son invention dans toute l’Afrique du Sud, souligne pour sa part agenceecofin.com.

Moctar FICOU / VivAfrik 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here