1 milliard de personnes pourraient bénéficier de l’énergie renouvelable grâce à la création d’une alliance à Glasgow

0

Le monde a besoin d’une transition rapide vers une énergie durable. C’est dans cette optique que l’Alliance mondiale pour l’énergie au service des populations et de la planète (GEAPP) est lancée le 2 novembre 2021 au Scottish Event Campus de Glasgow au Royaume-Uni lors de la 26ème Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 26). Un fonds de 10 milliards $ permettra de fournir des énergies renouvelables à 1 milliard de personnes en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

En effet, la transition énergétique est l’un des piliers de l’action climatique mondiale. Dans les pays en développement, elle implique une accélération de l’électrification avec des ressources propres. Une cause qui mobilise un nombre croissant d’acteurs, dont les organisations philanthropiques.

Cette annonce fait suite à l’appel de la secrétaire exécutive de la Convention‑cadre des Nations unies sur les changements (CCNUCC), Patricia Espinosa qui avait souligné, en janvier 2021, l’importance cruciale d’une transition rapide vers l’énergie durable pour lutter contre la crise climatique mondiale.

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), environ deux tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre peuvent être attribuées au CO2 provenant de la combustion de combustibles fossiles et des processus industriels.

« L’énergie est au cœur de l’urgence des changements climatiques et elle doit être au cœur de sa solution. Une transition rapide et large vers les énergies renouvelables sera essentielle pour atteindre les objectifs de réduction des émissions fixés par l’Accord de Paris », avait-elle déclaré. Cet appel n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd puisque selon Per Heggenes, directeur général de la Fondation Ikea, l’Alliance va s’atteler à lever 100 milliards $ de capitaux sur une décennie. Ce financement contribuera à éviter 4 milliards de tonnes d’émissions de carbone.

L’o objectif  visé est d’aider l’Afrique à investir dans les énergies renouvelables. Un objectif qui est de l’intérêt de tous. Ainsi, la COP26 qui s’est ouverte dimanche 31 octobre 2021 à Glasgow en Ecosse, est souvent présentée par les experts comme « celle de la dernière chance ».

La demande d’énergie en Afrique progresse aujourd’hui deux fois plus vite que la moyenne mondiale. Avec un doublement attendu de sa population urbaine d’ici à 2040, des transports et une industrie en progression exponentielle, l’Afrique va connaître une hausse considérable de ses besoins énergétiques.

Dans son rapport « Africa Energy Outlook », l’Agence internationale de l’énergie (AIE) s’inquiète « que la consommation de pétrole et de gaz risque, à l’horizon 2040, d’augmenter davantage en Afrique qu’en Chine ».

Suffisant pour le négociateur gabonais à la COP26, Tanguy Gahouma Bekale, « l’Afrique n’est pas confrontée aux mêmes problèmes » que le reste du monde. « Nous devons aussi assurer la lutte contre la pauvreté, des emplois pour les jeunes et de l’énergie pour tous », a-t-dit soulignant que « la moitié de la population du continent n’a pas accès à d’électricité ».

La GEAPP investira dans des projets d’énergies renouvelables tels que le micro-solaire et l’hydroélectricité. Les premiers projets seront mis en œuvre dans des pays tels que le Nigeria, l’Ethiopie, l’Afrique du Sud et la RDC. En Asie, les projets seront réalisés en Inde, Indonésie, Vietnam et Pakistan. En Amérique Latine ils seront installés en Colombie et à Haïti. « L’Alliance mondiale pour l’énergie est une initiative qui change la donne et qui contribuera à accélérer l’accès à l’électricité, dans le cadre de nos efforts pour mettre fin à la pauvreté énergétique dans le monde », a déclaré Akinwumi Adesina, président du Groupe de la Banque africaine de développement.

L’Alliance mondiale pour l’énergie au service des populations et de la planète stimulera également la croissance économique. Elle mettra en place une rampe d’accès aux opportunités en créant, facilitant ou améliorant 150 millions d’emplois. Elle a également lancé un appel mondial pour des partenariats nationaux transformationnels. Elle invite par ailleurs les économies en développement et émergentes à demander un soutien technique et un financement pour faire progresser les écosystèmes des projets d’énergie propre.

Rappelons enfin que la GEAPP est composée des organisations philanthropiques que sont les fondations Ikea, Rockefeller et Bezos qui serviront de capital-risque pour attirer les investisseurs privés. Elle inclut également les partenaires financiers dont la Banque africaine de développement (BAD), la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement et l’US International Development Finance Corporation entre autres, ainsi que les hôtes de la COP26 : l’Italie, le Royaume-Uni et le Danemark.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire