Ban Ki-moon salue les questions de gouvernance et de développement durable en Afrique

0

L’ONU a salué les progrès réalisés par l’Afrique ces dernières années en matière de gouvernance et de développement durable à l’occasion de la Semaine de l’Afrique qui se déroule du 10 au 14 octobre, a indiqué un communiqué de l’ONU rendu publique par elmoudjahid.com.

«Je salue les progrès que l’Afrique a réalisés ces dernières années», a indiqué M. Ban Ki-moon, lundi, lors de la séance inaugurale de haut niveau, intitulée «Renforcer les partenariats au bénéfice du développement durable et inclusif, de la bonne gouvernance, de la paix et de la stabilité en Afrique», a précisé le communiqué. «Les pays africains ont accéléré la croissance et observé une augmentation du revenu par habitant. Les réformes ont accru l’attrait de la région pour les entreprises. Le continent a également fait des progrès notables en augmentant l’accès à l’éducation primaire, en faisant la promotion de l’égalité des sexes, en réduisant la mortalité infantile et en faisant reculer le paludisme», a-t-il ajouté. Selon Ban Ki-moon, «les systèmes de gouvernance en Afrique se sont également améliorés», en dépit des «faiblesses encore visibles». «Alors qu’un grand nombre de pays africains ont organisé des élections multipartites régulièrement, trop souvent leur crédibilité a été mise en doute, poussant des pays au bord du conflit», a-t-il souligné. Le chef de l’ONU a, de surcroît, appelé la communauté internationale à « soutenir les pays africains pour améliorer la bonne gouvernance et la conduite des élections et pour veiller à ce que la société civile soit libre de jouer son rôle vital». Alors que la Semaine de l’Afrique 2016 se tient dans le contexte de la première année de mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’ONU et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine (UA), le secrétaire général a estimé qu’il était «crucial» pour les gouvernements africains d’aligner leurs plans de développement sur ces deux programmes. «Les parlements, le secteur privé, la société civile, les femmes et les organisations de jeunesse, les syndicats, les philanthropes et d’autres acteurs ont un rôle crucial à jouer», a-t-il souligné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here