Une plateforme digitale interactive pour une fertilisation raisonnée des cultures baptisée FertiTogo voit le jour au Togo

0

Le Togo affute ses armes dans la lutte contre le déficit agricole. En effet, Lomé est consciente que, pour accroître durablement la productivité agricole, il faut une union sacrée. C’est pourquoi, le gouvernement togolais, avec l’appui de ses Partenaires Techniques et Financiers, a initié depuis 2016, le projet de l’élaboration de la carte de fertilité des sols agricoles.

Ce projet piloté par l’Institut togolais de recherche agronomique (ITRA), explique-t-on dans le site officiel du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et du Développement rural, a pour objectif d’identifier les potentialités réelles des sols agricoles du pays en termes de fertilité afin de recommander un système de fertilisation raisonné, efficace et durable des cultures en vue d’augmenter les rendements.

Le site gouvernemental ajout que sur 2 261 700 hectares déjà échantillonnés, les analyses des sols ont été réalisées pour 1 972 400 hectares. Quatre cartes thématiques de pH, Matière Organique (MO), Phosphore assimilable (P) et Potassium échangeable (K) ont été générées pour les régions des Savanes et de la Kara ainsi qu’une carte de salinité (CE) des sols pour la région de la Kara. Les prélèvements se poursuivent dans la région des plateaux et la région maritime et les analyses continuent sur les échantillons prélevés.

Le document consulté par VivAfrik détaille que « les résultats d’analyses révèlent que dans cette partie du territoire togolais, 84% des sols sont peu acides (pH = 5,5 à 6,5) ; 84% pauvres à très pauvres en matière organique (<2% de MO) ; 59 % très pauvres (< 8mg/kg de sol) et 27% pauvres (8-15 mg/kg de sol) en phosphore assimilable et 87% très pauvres en potassium (< 90 mg/kg de sol) ».

Des recommandations en unités fertilisantes basées sur les données de ces analyses de sol ont été formulées pour 9 cultures majeures à savoir maïs, riz, sorgho, niébé, arachide, soja, sésame, tomate, et cotonnier, anacardier, igname, manioc.

« Dans la région de la Kara, les résultats des analyses indiquent que 85% des sols sont peu acides (pH=5,5 à 6,5) ; 49% très pauvres en matière organique (< 2% de MO) et 43% moyennement pauvres en MO (2-3,5%) ; 93% très pauvres en phosphore assimilable (< 8mg/kg de sol) ; 88% très pauvres en potassium (<90 mg/kg de sol) et 99% des sols sont non salés (< 0,5 dS/m) », a encore détaillé  notre source.

FertiTogo, un outil moderne qui va considérablement contribuer à améliorer la production agricole, à réduire la pauvreté et assurer une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable que prône l’axe 2 du Plan national de développement.

Pour la réalisation de ce projet, le Togo est appuyé par la Fondation OCP et l’Université Mohamed VI Polytechnique (UM6P) du Maroc, le Projet de développement des agropoles du Togo (APRODAT), l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Programme d’appui aux populations vulnérables (PAPV).

Moctar FICOU / VivAfrik  

Laisser un commentaire