Sénégal : Younoussa Mballo loue l’importance de la recherche dans la prise de décision publique

0

Le conseiller technique du ministre Sénégalais de l’Agriculture et de l’Equipement rural s’est prononcé, mardi 26 octobre 2021, sur l’importance de la recherche, « une des conditions de développement maîtrisé à travers la production de connaissances » permettant d’éclairer l’action des pouvoirs publics.

« La recherche constitue une des conditions de développement maîtrisé à travers la production de connaissances permettant de bien informer la prise de décision dans les politiques et l’utilisation efficiente des ressources », a indiqué Younoussa Mballo qui intervenait lors des travaux de lancement du projet Biostar au Sénégal, au cours d’une cérémonie officielle tenue dans les locaux de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), en présence de plusieurs spécialistes, experts et divers acteurs du domaine.

Rappelons que le projet BioStar contribue à la sécurité énergétique et alimentaire en Afrique de l’Ouest, à travers le développement d’un secteur bioénergie répondant aux besoins des Petites et moyennes entreprises (PME) de transformation agroalimentaire.

Le Sénégal « s’est résolument inscrit dans cette démarche en faisant de la recherche un pilier important de son développement à travers le Plan Sénégal émergent dans son volet du développement du capital humain », a souligné Younoussa Mballo.

Le conseiller technique du ministre Sénégalais de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait valoir que ce projet constitue « une opportunité pour comprendre davantage le rôle que les bioénergies peuvent jouer ».

Pour sa part, le directeur général de l’ISRA, Momar Talla Seck a laissé entendre qu’« aujourd’hui plus qu’hier, le Sénégal a besoin d’assurer l’approvisionnement durable de son tissu industriel en énergie propre et compétitive, même si beaucoup d’efforts ont été consentis par notre gouvernement ».

Il a relevé que « beaucoup de chantiers » ont été ouverts et « des défis majeurs » persistent pour améliorer les besoins en consommation d’énergie pour l’économie rurale.

Selon un document remis à la presse, l’optimisation de la transformation des aliments est un des piliers du projet Biostar.

Il précise que cinq filières agroalimentaires (anacarde, karité, riz, mangue et arachide) sont ainsi au cœur du projet.

Elles ont été choisies du fait de leur importance économique dans les pays cibles, de l’implication massive des femmes au sein de ces filières et également parce qu’elles font l’objet de stratégies nationales pour leur développement durable.

« En outre, pour toutes ces filières, la transformation du produit agricole en produit alimentaire requiert d’importantes consommations d’énergie tout en générant des résidus qui sont peu ou pas valorisés », ajoute le document.

BioStar est un projet à vocation régionale avec des mises en œuvre au Burkina Faso (8 PME pilotes) et au Sénégal (8 PME pilotes), et des activités de dissémination en Côte d’Ivoire, au Mali et au Niger.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire