L’édition 2019 de la Journée mondiale sans sacs plastiques célébrée le 3 juillet

0

Le 03 juillet de chaque année, est célébrée la journée mondiale sans sacs plastiques. Et l’année 2019 n’a pas dérogé à la règle. Il suffit d’une seconde pour fabriquer un sac plastique. Qui sera utilisé en moyenne pendant 20 minutes. Et qui mettra entre 100 et 400 ans à se désagréger. L’homme en a produit plus de 500 milliards. N’en jetez plus.

Pour lutter contre l’utilisation du plastique qui est devenu une mauvaise habitude, de nombreux États ont déjà commencé à prendre des mesures. C’est ainsi que le Sénégal a adopté la loi N0 2015-09 du 21 avril 2015 relative à l’interdiction de la production, de l’importation, de la détention, de la distribution, de l’utilisation de sachets plastiques de faible micronnage et à la gestion rationnelle de déchets plastiques. Depuis lors, le Ministère de l’Environnement et du Développement durable a pris des dispositions pour faire respecter cette loi. La pollution plastique est un fléau néfaste à l’environnement, tous ensemble nous pouvons la combattre ! Mais malgré cette loi interdisant l’utilisation des sachets plastiques les populations continuent à s’en servir. Une situation qui demande la prise de mesures nécessaires pour lutter contre ces sachets plastiques.  

Les sacs plastiques à usage unique sont aussi le symbole de la société de consommation qui se moque de l’environnement. S’il faut une seconde pour fabriquer un sac plastique et si sa durée moyenne d’utilisation ne dépasse pas les 20 minutes, sa biodégradation elle, peut durer entre 100 et 400 ans. Autant dire que tous les sacs distribués ces dernières décennies (probablement plus de 500 milliards) sont toujours là, enterrés dans des décharges ou pire, entre deux eaux, dans les océans. Il s’avère donc que la pollution générée par la prolifération des sacs en plastique est une menace réelle pour nos océans et pour la faune et la flore.

Moctar FICOU / VivAfrik 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here