Le nouveau rapport du GIEC en croisade contre la déforestation et la production de viande

0

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) va publier son prochain rapport le 8 août 2019. Les experts comptent exposer, dans ce document, le lien entre changement climatique et utilisation des terres. Le texte va également mettre l’accent sur l’urgence de protéger les forêts et de transformer radicalement notre système alimentaire mondial afin de répondre à la crise climatique.

Outre l’étude de l’impact du changement climatique sur les terres, le rapport évalue également comment une bonne gestion des terres contribue à la lutte contre le changement climatique et son lien avec la sécurité alimentaire. C’est aussi le premier rapport du GIEC dont la majorité des auteurs proviennent de pays en développement. « J’espère que ce rapport sensibilisera l’ensemble de la population aux menaces et aux possibilités que le changement climatique fait peser sur les terres sur lesquelles nous vivons et qui nous nourrissent », a résumé le président du GIEC, Hoesung Lee.

Greenpeace qui a pris part à l’ouverture de la session du GIEC le 2 août 2019 à Genève a souligné à cet effet que « l’impact sans précédent que nous avons sur les terres est principalement attribuable à l’expansion de l’agriculture industrielle et à la production de viande. Après des décennies de surconsommation, notre société doit se tourner vers une agriculture saine et écologique et une alimentation majoritairement végétale ».

« Ce rapport arrive à un moment critique pour notre société et doit être suivi d’une action rapide de la part des gouvernements et des entreprises pour protéger nos forêts et notre climat. Les États doivent réduire d’urgence les émissions provenant de l’utilisation des terres, en particulier de la déforestation, et augmenter la capacité d’absorption des puits de carbone naturels en restaurant les forêts et les autres écosystèmes qui permettent de piéger efficacement le CO2 », a expliqué Cécile Leuba, chargée de campagne forêts pour Greenpeace France.

« L’utilisation des terres et les solutions climatiques naturelles doivent être prises beaucoup plus au sérieux, car parallèlement à une décarbonisation rapide, il faudra des solutions en ce qui concerne l’utilisation des terres afin de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Nos forêts sont notre avenir. Sans elles, nous serons confrontés à la perspective d’un emballement climatique », a-t-elle ajouté.

Le rapport du GIEC constituera l’analyse scientifique la plus complète faisant le lien entre l’utilisation des terres et le réchauffement climatique. Il devrait démontrer également comment l’aggravation de la crise climatique menace de plus en plus notre sécurité alimentaire et notre accès à l’eau douce.

« L’impact sans précédent que nous avons sur les terres est principalement attribuable à l’expansion de l’agriculture industrielle et à la production de viande. En réalité, il faudrait réduire de 50 % la consommation et la production de viande et de produits laitiers à l’échelle planétaire, continue Cécile Leuba. Il s’agit là d’une transition essentielle si nous voulons inverser les effets dévastateurs de notre système alimentaire sur les écosystèmes, le climat et les habitants de la planète. »

Greenpeace est un observateur accrédité auprès du GIEC et une petite délégation assistera à la 50e session du GIEC à Genève du 2 au 6 août pour l’examen du rapport spécial du GIEC sur le réchauffement climatique et l’utilisation des terres.

Le GIEC est l’organe des Nations Unies chargé d’évaluer la science liée au changement climatique. Le groupe a été créé par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM) en 1988 pour fournir aux décideurs des évaluations scientifiques régulières sur le changement climatique, ses implications et les risques futurs potentiels, et pour proposer des stratégies d’adaptation et d’atténuation.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here