Une décision historique interdit l’exploitation minière dans les parcs nationaux du Zimbabwe

0

Comme toute exploitation des ressources naturelles, l’activité minière a de nombreux impacts sur l’environnement, mais une décision historique vient de l’interdire dans tous les parcs nationaux du Zimbabwe, en Afrique. Véritable victoire pour l’environnement, l’interdiction intervient en réponse aux activités minières dans les réserves nationales par deux sociétés chinoises, Afrochine Energy et Zimbabwe Zhongxin Coal Mining Group. Les autorités locales avaient même délivré deux licences spéciales pour l’extraction du charbon dans le parc national de Hwange, la plus grande réserve du pays située au nord de la capitale Harare, dans laquelle plus de 80000 éléphants et de nombreuses autres espèces protégées, telles que les lions, les léopards, les rhinocéros et les buffles vivent. Cette décision a stupéfié les défenseurs de l’environnement, car elle a causé des dommages considérables à l’environnement, à la faune et à la flore locaux. Après une série de protestations au cours des dernières semaines par des associations de protection des animaux et de nombreux citoyens, le gouvernement a immédiatement accepté d’annuler tous les contrats et licences minières détenus par toute entreprise sur les parcs nationaux, les laissant exclusivement aux animaux. Grâce à la pression des militants écologistes et des associations, une demande urgente a été adressée à la Cour supérieure de justice de Harare, qui s’est prononcée en faveur de l’environnement, relaye quokkamag.com.

L’Algérie met le cap sur l’exploitation de ses ressources minérales

Menacée par la baisse drastique de ses recettes pétrolières, l’Algérie met le cap sur l’exploitation des ressources minérales dont regorge son sous-sol. La décision de dédier un ministère plein et entier à l’activité minière, lors du remaniement partiel du 23 juin dernier, est en soi révélateur de l’importance accordée à ce secteur stratégique. Connue pour être un pays pétrolier et gazier, l’Algérie recèle en réalité de nombreuses autres richesses, dont certaines sont laissées en jachère et d’autres sous-exploitées. À l’issue du Conseil des ministres du 12 juillet dernier, le président Tebboune a enjoint le gouvernement d’entamer l’exploitation « optimale et transparente » de toutes les ressources minières du pays, en accordant la primeur à trois projets en particulier. Il s’agit d’abord de la mine de fer de Gara Djebilet, située à proximité de Tindouf (Sud-Ouest), sur une superficie d’environ 130 km2. Considérée comme l’une des plus importantes en Afrique, ses réserves se montent à 3 milliards de tonnes. En stand-by depuis de longues années en raison de la présence d’un taux élevé de phosphore – qui affectait sa rentabilité – le gisement de Gara Djebilet s’est aujourd’hui libéré de cette contrainte. Confiée à un bureau d’études international, une expertise a permis de mettre au point des procédés adéquats de traitement et d’enrichissement des minerais. L’objectif étant de réduire la teneur du phosphore et d’élever celle du fer à des niveaux qui offrent une bonne qualité du produit fini. Des concertations sont actuellement en cours avec deux partenaires différents, l’un russe et l’autre chinois, pour débuter la production au courant du premier trimestre 2021. Parmi les priorités figure également le gisement de phosphate de Tébessa, dans l’est du pays, d’une capacité de 2,5 milliards de tonnes. Ce projet particulièrement ambitieux vise à intégrer l’ensemble de la chaîne de valeur, de l’extraction à la production de produits phosphatés, en passant par toutes les phases de transformation. Piloté par un consortium algéro-chinois mené conjointement par Sonatrach et Citic Construction, le projet a été interrompu à la suite du retrait inexpliqué de Wengfu, second membre du groupement chinois. Son lancement, prévu courant 2021, reste néanmoins conditionné par l’arrivée d’un nouvel associé de la trempe de Wengfu, lit-on dans les colonnes du site d’information arabnews.fr.

Joint-venture algéro-australienne

Le troisième projet concerne le gisement de zinc-plomb d’Oued Amizour, près de Béjaïa (220 kilomètres à l’est d’Alger). Une licence d’exploration a été accordée dès 2006 à une joint-venture algéro-australienne, Western Mediterranean Zinc Spa (WMZ), composée de l’australienne Terramin associée à deux entités algériennes : Enof (Entreprise nationale des produits miniers non-ferreux et des substances utiles Spa) et ORGM (Office national de recherche géologique et minière). Alors qu’il devait entrer en production en 2013, le projet a été retardé à plusieurs reprises en raison de différends entre les deux parties, liés aux données techniques équivoques consignées dans l’étude de faisabilité australienne, et au manque de précisions sur l’impact environnemental. Les retards cumulés ont occasionné un manque à gagner considérable au pays et ont lourdement pesé sur la trésorerie de Terramin, au point que cette dernière a eu des difficultés à assumer ses engagements financiers. Le lancement de la production est finalement programmé pour le premier trimestre 2021, après vérification de l’étude réalisée sur les capacités de production qui, dit-on, dépasserait 1 million de tonnes par an, sur une durée de vingt ans. Selon le communiqué de ce même Conseil des ministres, « Le président de la République a également demandé d’établir immédiatement la carte géologique de tous les gisements exploitables en terres rares, en tungstène, en phosphate, en barite et autres matériaux… » Une cartographie actualisée des richesses minières est certes indispensable, néanmoins elle doit s’accompagner de la création de bases de données techniques sur les gisements existants et le potentiel futur qui serviront de base aux études prospectives. À ce titre, les informations techniques recueillies sur le terrain pendant une quinzaine d’années (1967-1982) par l’ex-Sonarem (Société nationale de recherche et d’exploitation minière) – dissoute en 1982 – pourraient faire gagner un temps précieux, pour peu qu’elles soient adaptées aux progrès scientifiques et technologiques accomplis depuis par l’industrie minière. Bien que les potentialités du pays en ressources minérales soient avérées et variées, l’option la plus intéressante pour l’Algérie serait de commencer par l’exploitation des éléments dits « majeurs », répertoriés et réputés rentables : fer, acier, zinc, cuivre, marbre, silicium… dont elle possède plus ou moins l’expertise. En revanche, elle doit aborder avec la plus grande prudence la question des métaux rares et leur sous-catégorie, les terres rares. Si ces matières ont une forte rentabilité car très recherchées pour leurs hautes performances – par l’industrie des nouvelles technologies et celle de l’armement –, les conditions de leur extraction font polémique. En effet, les procédés utilisés pour leur traitement génèrent un taux élevé de pollution, avec des répercussions graves et durables sur l’environnement et la santé : rejets radioactifs, pollution des nappes phréatiques, déforestation, pollution des sols, de l’air et des écosystèmes. L’exemple le plus édifiant est celui de la Chine – leader mondial dans ce domaine – qui fait face à un véritable désastre écologique, notamment à Baotou (Mongolie intérieure) où la radioactivité dépasserait largement celle de Tchernobyl. Enfin, pour développer une véritable industrie minière, l’Algérie doit rompre avec la logique rentière et les maux qui en découlent. Par ailleurs, elle doit valoriser ses ressources à travers une politique de transformation industrielle intégrée, facteur de développement. Autrement dit, la vente de matières premières brutes serait l’exception, et la transformation, la règle. L’État devra également trouver le juste équilibre entre son rôle de régulateur et celui d’acteur majeur du secteur, pour ouvrir le champ aux capitaux locaux et étrangers. La nouvelle loi sur les mines, en cours de préparation, devrait apporter les réponses attendues par les investisseurs, a encore renchéri arabnews.fr.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire