La Journée mondiale de la vie sauvage célébrée dans un contexte où celle-ci est en danger

0

La communauté internationale a célébré, le 3 mars 2021, la Journée mondiale de la vie sauvage autour du thème : « Forêts et moyens d’existence : préserver la planète et ses habitants » afin de souligner le rôle des forêts, des espèces forestières et des services écosystémiques qui jouent un rôle central dans le maintien des moyens de subsistance de centaines de millions de personnes dans le monde, et en particulier des communautés autochtones et locales ayant des liens historiques avec les forêts et les zones adjacentes.

Occasion saisie par les défenseurs de l’environnement pour rappeler la valeur inestimable de la faune et la flore dans toute sa diversité, précisant que la forêt est un trésor à préserver.

En  effet, plus de 300 millions de personnes vivent dans des zones forestières ou à leurs abords. Ces populations dépendent des richesses que fournit la forêt. Rappelons que l’Afrique subsaharienne est l’une des régions les plus touchées par la déforestation. L’agriculture intensive et irraisonnée est la première cause de cette déforestation. L’utilisation intensive de pesticides est dévastatrice, elle réduit considérablement la diversité de la faune, de la flore et intoxique les sols pour des décennies.

Pour renverser cette tendance, Morija, grâce à son Projet Agroforesterie au Togo, propose aux agriculteurs qui cultivent le cacao un mode de plantation sain et pérenne qui protège la forêt existante, reboise les parcelles improductives et favorise le développement d’insectes et d’animaux tout en offrant une récolte rentable de cacao. La diminution drastique de l’utilisation de pesticides est aussi un point fort du Projet.

Moctar FIOU / VivAfrik

Laisser un commentaire