L’insécurité alimentaire menace un demi-milliard d’Africains, alertent les chercheurs africains

0

La prolifération des maladies des plantes agricoles menacent gravement la sécurité alimentaire d’un demi-milliard de personnes sur le continent. C’est ce qu’ont alerté les chercheurs africains jeudi 27 mai 2021 à Abidjan, la capitale ivoirienne.  

Les chercheurs, venus de dix pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, dans le cadre du programme West African Virus Epidemiology (WAVE) ont révélé l’apparition, en Côte d’Ivoire, du « virus de la canne à sucre », une nouvelle pathologie « qui n’existait que sur le continent asiatique et pas ailleurs » et la « maladie du bananier » en Afrique.

« Les insectes migrateurs, les maladies des plantes et autres agents nuisibles représentent une menace grave pour les récoltes et les revenus des agriculteurs d’Afrique de l’Ouest et du Centre » a déclaré le Dr Justin Pita, directeur exécutif du programme WAVE, axé sur la sécurité alimentaire et financé par la Fondation Bill et Melinda Gates.

Justin Pita, en compagnie des ministres ivoiriens de l’Agriculture de Côte d’Ivoire (Kobena Kouassi Adjoumani) et du Gabon (Biendi Maganga-Moussavou), ont inauguré un nouveau centre régional de recherche sur les maladies virales des plantes.

Pour lui, « la sécurité alimentaire est menacée, la biodiversité et l’environnement régional sont endommagés sous l’action conjuguée et nocive des criquets, chenilles légionnaires d’automne, mouches des fruits, et des maladies du bananier et du manioc (…) se répandent dans toute l’Afrique de l’Ouest et du Centre, occasionnant de lourdes pertes pour les agriculteurs ».

Les chercheurs se sont véritablement « inquiétés » de la divulgation de la « mosaïque » et de la «striure brune », deux maladies du manioc, base alimentaire de 500 millions d’Africains qui provoquent « une perte de trois milliards de dollars par an en Afrique subsaharienne ».

« En Ouganda, une épidémie de manioc dans les années 1990 a fait 3000 morts en raison de la famine. C’est comme pas d’attiéké en Côte d’Ivoire ou pas de gari au Nigeria », a expliqué Dr. Pita.

L’attiéké, fait à base de semoule de manioc cuite, est très prisé par les populations résidant en Côte d’Ivoire mais aussi à l’étranger. Le gari est une semoule dérivée du manioc.

L’Afrique est le plus grand producteur mondial de manioc (57%), dont on consomme les tubercules, riches en glucides et en amidon, mais aussi les feuilles et la fécule (qui a plutôt l’aspect d’une semoule), produite à partir des racines. Le manioc s’est imposé comme une culture stratégique pour la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté sur le continent. Cette plante est une culture de subsistance et de rente pour les producteurs africains. Le programme WAVE, dont le siège se trouve à Bingerville, près d’Abidjan, prône « une approche régionale » pour combattre les maladies virales.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire