La Journée mondiale de l’océan célébrée ce mardi 8 juin 2021

0

« L’océan est blessé dans son intégrité. Et quand je dis qu’il est blessé, c’est littéralement vrai. L’acidification est un problème pour la vie marine, tout comme l’augmentation de la température de l’océan, qui conduit également à son expansion et à une surchauffe, et à l’appauvrissement en oxygène… Sur ce dernier point, nous ne parlons pas de l’oxygène que nous respirons, mais de l’oxygène qui est nécessaire à la vie, aux ressources et la biodiversité des océans » a laissé entendre le ministre portugais de la mer, Ricardo Serrão Santos à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’océan ce mardi 8 juin 2021.

Cette célébration a pour objectif de rappeler à quel point nos mers font partie intégrante de la vie sur Terre. Initiée par les Nations Unies, la Journée mondiale des océans a été déclarée pour la première fois en 1992 à la suite de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement à Rio de Janeiro au Brésil, également connue sous le nom de Sommet de la Terre, qui a conduit à d’importants changements climatiques. En 2008, le 8 juin a été officiellement désigné comme Journée mondiale de l’océan, avec un thème différent chaque année.

Cette journée est l’occasion de sensibiliser le monde aux bénéfices que les humains retirent de l’océan et à notre devoir individuel et collectif d’utiliser ses ressources de manière durable. C’est aussi l’occasion de célébrer et d’apprécier ce que l’océan fournit, de l’oxygène que nous respirons.

euronews.com rappelle que, fin avril 2021, l’ONU a publié la deuxième évaluation mondiale de l’océan (WOA II), fruit du travail de centaines de scientifiques du monde entier. Cette étude est alarmante : les actions humaines minent de plus en plus les océans, ce que le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres a décrit comme « le système de soutien de la vie de notre planète ».

« Nous devons faire face aujourd’hui à des problèmes qui touchent les océans mais que les océans peuvent contribuer à résoudre. Par exemple, grâce à la production d’énergies renouvelables pour nous rendre indépendants des énergies fossiles. Nous devons passer d’une perspective très basée sur l’extraction à une perspective plus basée sur la production d’énergie », a plaidé M. Santos.

Pour sa part, le site d’information thepressfree.com, relève que les océans couvrent plus de 70 % de la planète, produisent au moins 50 % de l’oxygène mondial, abritent la majeure partie de la biodiversité de la Terre et sont la principale source de protéines pour plus d’un milliard de personnes.

Ils absorbent également environ 30% du dioxyde de carbone produit par l’homme – un tampon pour les effets néfastes du réchauffement climatique. L’ONU espère que la Journée mondiale de l’océan contribuera à informer le public des actions humaines sur l’océan et à développer un mouvement mondial pour le protéger et unir le monde dans une gestion durable des océans.

L’océan : vie et moyens d’existence est le thème de la Journée mondiale de l’océan 2021. D’ici à 2030, on estime que 40 millions de personnes seront employées par les industries basées sur l’océan.

Mais l’ONU dit que nous prenons plus de l’océan que ce qui peut être reconstitué, avec 90% des populations de gros poissons actuellement épuisées et 50% des récifs coralliens détruits.

Il dit qu’un nouvel équilibre doit être créé, « enraciné dans une véritable compréhension de l’océan et de la façon dont l’humanité s’y rapporte ». L’objectif de la journée est de construire une connexion à l’océan qui soit « inclusive, innovante et informée par les leçons du passé ».

Il est vital d’aider à protéger l’océan chaque jour, mais cette Journée mondiale de l’océan intervient l’année où commence la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable.

De 2021 à 2030, renseigne notre source, des efforts sont déployés pour mieux utiliser notre connaissance actuelle des océans afin d’aider les politiques et les décideurs à choisir les meilleures options pour sauver les océans et mesurer les conséquences possibles des politiques.

Le média en ligne thepressfree.com précise que la décennie vise également à soutenir une économie bleue durable, à partager la responsabilité de protéger les océans et à renforcer la recherche scientifique et les technologies.

Tout cela fait partie du Programme de développement durable à l’horizon 2030 adopté par tous les membres de l’ONU pour mettre fin à la pauvreté et à d’autres privations, réduire les inégalités, stimuler la croissance économique, lutter contre le changement climatique et préserver nos océans et nos ressources.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire