Kenya : Plus de 2 millions de personnes menacées par la famine en raison d’une sécheresse

1

L’Autorité nationale de gestion de la sécheresse (NDMA) avait déclaré mercredi 15 septembre 2021 que les personnes vivant dans 23 comtés des régions arides du nord, du nord-est et des côtes du pays auront un « besoin urgent » d’aide alimentaire au cours des six prochains mois, après de faibles pluies entre mars et mai.

Selon l’Autorité nationale de gestion de la sécheresse (NDMA), la crise a été aggravée par Covid-19 et les mauvaises pluies précédentes, précisant que la situation s’aggravera d’ici la fin de l’année, car les pluies d’octobre à décembre devraient être inférieures aux niveaux normaux. Les régions touchées sont généralement les plus exposées à l’insécurité alimentaire au Kenya en raison des niveaux élevés de pauvreté. Le président Uhuru Kenyatta a qualifié la sécheresse de « catastrophe nationale » promettant « des mesures globales d’atténuation ». En juillet, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture au Kenya a déclaré que le pays avait besoin de 9,4 milliards de shillings kenyans soit 62 millions de livres sterling pour atténuer les effets de la sécheresse entre juillet et novembre. Asha Mohammed, secrétaire général de la Croix-Rouge du Kenya, a déclaré au journal The Guardian que la plupart des comtés touchés avaient déjà dû faire face à des invasions de criquets pèlerins , des crues éclair et des conflits tribaux entraînés par la diminution des ressources.« Vous avez deux saisons de pluies déprimées, des criquets pèlerins qui ravagent les terres agricoles dans les mêmes comtés et des gens qui se disputent les quelques ressources disponibles. C’est la fabrication d’un désastre », a déclaré Mohammed.

La crise aggravée par le covid-19

La pandémie de Covid-19 a aggravé l’insécurité alimentaire en réduisant la main-d’œuvre disponible dans un pays dont l’agriculture de subsistance repose fortement sur le travail communautaire. La NDMA a déclaré que les mesures de distanciation sociale avaient « restreint la performance communautaire des activités agricoles et la disponibilité des opportunités de travail occasionnel, réduisant la quantité de terres cultivées et la production agricole prévue ». La perturbation des approvisionnements en produits alimentaires de base et en bétail a entraîné une augmentation de la volatilité des prix, a souligné l’autorité. La production de maïs, l’aliment de base du Kenya, devrait décliner de 50 % dans les régions touchées en raison de la faible superficie cultivée, tandis que certaines régions connaîtront un échec total des récoltes. Les mauvaises récoltes ont également affecté les cultures agricoles à cycle de maturité court, comme les légumes, a indiqué l’autorité.

(quotidiennumerique.com)

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire