Sénégal : La société civile plaide pour une stratégie incluant les groupes vulnérables dans suivi des ODD 

0

La coordonnatrice du groupe de travail de la société civile sur le suivi des Objectifs de développement durable (ODD) a affirmé, lundi 4 juillet 2022 que sa structure milite pour la mise en place d’une stratégie nationale sur les politiques publiques prenant en compte les besoins des populations vulnérables.

Salimata Bocoum qui s’exprimait en marge d’une assemblée générale du Conseil des organisations non-gouvernementales d’appui au développement (CONGAD) a laissé entendre : « (…) nous avons beaucoup travaillé sur la sensibilisation autour des objectifs de développement durable, car il est important que les populations comprennent de quoi on parle et comment elles peuvent contribuer à ce suivi que nous avons eu à démarrer en tant que société civile ».

Elle a rappelé que les organisations de la société civile ont « beaucoup travaillé » sur une stratégie inclusive dont l’esprit est de « ne laisser personne pour compte ».

« Un des principes du développement durable est de prendre en considération toutes les priorités des différents groupes ». De ce point de vue, dit-elle, l’adoption d’une « stratégie nationale permettra d’avoir des politiques publiques qui répondent aux besoins de toutes les populations, en particulier celles qui sont les plus vulnérables », a poursuivi Mme Bocoum.

« Nous avons pu mettre l’accent sur plusieurs thématiques, notamment la pêche, l’éducation, la santé, les questions environnementales, l’agriculture, l’élevage à travers les différentes associations qui sont membres de ce groupe (…) ».

L’accent a aussi été mis selon elle sur le genre, les femmes et les jeunes, « composante essentielle de la société », devant être bien positionnées.

« Nous avons dans toutes nos activités assuré l’intégration de cette dimension genre dans tous les processus que nous avons eu à mener », a poursuivi Salimata Bocoum.

Qui a renchéri que les réalisations enregistrées sont énormes, relevant néanmoins des contraintes, comme le contexte de la pandémie de Covid-19, mais aussi la non disponibilité des ressources pour aller vers l’exécution des activités avant d’assurer la poursuite du travail entamé autour de la stratégie nationale consistant à « ne laisser personne de côté » et de la désagrégation des données.

Poursuivant son allocution, Salimata Bocoum a fait part de sa volonté de renforcer le processus avec la composante contrôle citoyen. « Nous allons renforcer une autre composante qu’est le contrôle citoyen, pour que les gens puissent s’exprimer et donner leur avis et dire quelle politique ils voudraient voir » appliquer.                         

Pour la coordonnatrice du groupe de travail de la société civile sur le suivi des Objectifs de développement durable, « cette composante +contrôle citoyen+ sera renforcée en sus de la finalisation de la stratégie nationale ne +laisser personne de côté+ ».

Elle a, en outre promis un accompagnement des politiques publiques du gouvernement pour « la validation de la charte des données inclusives », l’objectif étant de s’assurer que « les données qui seront utilisées pour la planification seront assez désagrégées pour prendre en compte les besoins des groupes vulnérables ».

Concluant son intervention, Mme Bocoum a laissé entendre : « notre approche était de pousser pour avoir plus de désagrégations et d’utiliser les évidences dans la planification qui tiendrait en compte les objectifs de développement durable dont les thématiques sont articulées autour du PSE [Plan Sénégal émergent] et qui, forcément, pourront répondre aux besoins spécifiques de ces groupes ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire